La créativité est à préserver
dès les premiers de vie !

Apprendre à écouter sa créativité

S’il y a bien quelque chose qui m’a aidé à grandir et transcender les chocs, c’est ma créativité comme je vous le partageais dans le premier article de blog. De jour en jour, elle s’émancipe, virevolte un peu plus de mon cœur à mes mains pour laisser place aux formes et à la couleur.

D’un vécu discret

Il m’a fallu 32 ans pour comprendre ce qu’elle représentait réellement au quotidien. Aujourd’hui, elle m’accompagne à chaque instant de vie et m’aide à croire en demain !

Á l’émergence

Il y a dans chaque vie, des étapes importantes, cruciales et indéniables. Ces étapes, telles qu’apprendre à marcher, à parler, à écrire, à conduire nous font grandir, devenir qui nous sommes pourtant, ces moments sont mis sur un piédestal pour nous pousser à devenir des êtres rentables et productifs en oubliant l’essentiel, notre créativité. Si il y a bien quelque chose qui n’est pas quantifiable, c’est bien elle ! La créativité est en abondance chez qui elle peut avoir la place pour faire son nid. Ce n’est ni un don, ni quelque chose de sélectif, il suffit d’observer les jeunes enfants laisser vivre leur créativité avec parfois trois fois rien pour qu’ils s’évadent dans un monde riche et créatif.
Dès les premiers instants de vie, il est vital de préserver la créativité de l’enfant en lui permettant d’explorer, de découvrir, de toucher, de manipuler, de jouer et de chercher seul, tout en étant à ses côtés, nous adulte pour instaurer un climat de confiance et de sécurité. C’est ici, en sécurité que l’enfant pourra construire et prendre le temps d’explorer toute sa créativité et développer toutes ses compétences de vie liées à ce fabuleux mécanisme créatif*.

Il n’est pas nécessaire de remonter très loin pour se remémorer des instants de vie où, jeunes enfants, nous étions embarqués dans des bricolages et autres recopiages à la dénomination scabreuse « à la manière de… » que nos enseignants nous imposaient, avec comme seule préoccupation le remplissage des murs de l’école pour être visibles de toutes et tous lors des rassemblements. C’est là, je crois que j’ai trouvé un échappatoire à ce conditionnement qui me posais déjà question, je mangeais les colles ! Littéralement, rebelle, je déglutissais le premier tube de colle qui passait sous mes yeux pour ne pas faire l’activité. Très tôt, j’ai commencé à développer des subterfuges et autres mécanismes de fuite lorsque la motivation, l’attrait et la joie de faire ne sont pas au rendez-vous. Je vous rassure, je ne mange plus les tubes de colle lorsque quelque chose ne me plait pas ! =)

Tout cela pour vous inviter, chers adultes, à laisser la porte ouverte à l’imagination pour que le mécanisme créatif puisse faire son chemin et fonctionner de manière optimale. Il n’y a pas d’âge pour éveiller à la créativité, l’important est de laisser la place à la joie de créer.

Et chez vous, comment vous laissez place à votre créativité ?

Tendrement,

Oriane

* j’aime l’idée d’identifier la créativité comme un mécanisme, un processus qui prend vie de manière cohérente grâce à une suite d’éléments qui s’assemblent en vue d’un fonctionnement imminent, parfois vital, cohérent et graphique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *